Le skinny n’est plus l’idéal de beauté

Lorsque la nourriture était rare, une silhouette plus ronde était considérée comme un symbole de statut social et donc un idéal de beauté. Le lendemain de la Seconde Guerre mondiale, des femmes comme Marilyn Monroe, qui faisait du 44, étaient considérées comme le prototype de la féminité. Aujourd’hui, la nourriture est disponible en abondance pourtant une silhouette mince est considérée comme l’idéal. Il est synonyme de santé et d’autodiscipline. La blonde la plus célèbre d’Hollywood aurait probablement moins de succès aujourd’hui.

Les modèles sont désormais souvent des mannequins minces comme Victoria Beckham, qui sont fiers de porter des jeans de taille enfantine et de lutter contre le vieillissement grâce à des injections de Botox et à la chirurgie esthétique.

Les méfaits de la tendance skinny 

De plus en plus de personnes, en particulier les jeunes femmes, imitent leurs prétendus symboles de beauté et nuisent ainsi à leur santé. Selon le TK, en 2005, près de 11 000 patients été hospitalisés en raison de troubles alimentaires, dont 90 % de femmes. Pour 89% d’entre eux, la maladie a même été fatale. Inga Margraf, psychologue à la TK, met en garde contre les faux modèles : “De nombreuses jeunes femmes prennent les stars de la minceur comme exemple pour s’affamer jusqu’à atteindre une taille de robe ou un poids inadéquat à leur physique. Cela ne fait généralement qu’accroître leur insatisfaction vis-à-vis de leur propre corps. Il est beaucoup plus important de s’efforcer d’avoir un poids sain que d’adopter sans critique les idéaux de beauté et les tendances actuelles.”

Image saine de la femme

Alors que la tendance skinny a déjà pris des proportions malsaines dans de nombreux pays, les initiatives se multiplient depuis quelque temps pour revenir à une image saine de la femme. En Espagne, par exemple, les mannequins ne sont désormais autorisés à défiler que s’ils ont un indice de masse corporelle d’au moins 18, pour une femme correspond à 1,75 mètre et 56 kilos. Dans ce cadre certains fabricants de textiles ont pris des engagements volontaires selon lesquels les futures collections ne devraient plus être basées sur les mensurations des mannequins mais sur les proportions de la femme moyenne.

Nouvelle approche de beauté

Il s’agit d’éviter que les femmes ne rentrent frustrées de leur virée shopping et ne se sentent trop grosses parce qu’elles ne rentrent pas dans les vêtements de taille 40. La campagne d’un fabricant de cosmétiques, qui se concentre délibérément sur les femmes “réelles” avec “l’Initiative pour la vraie beauté”, montre également que des mensurations de rêve impeccables ne sont pas forcément une condition préalable à une publicité réussie. Le fabricant a fait appel à des femmes de différentes tailles et de différents âges directement dans la rue en raison de leur charisme positif. Ensemble, elles posent pour les marques de l’entreprise de cosmétiques.

Inga Margraf considère qu’il s’agit d’un premier pas : “Ces initiatives montrent que les anciennes pages figurant des femmes magnifiquement opérées, dont les photos sont ensuite retouchées, ne reflètent pas la réalité. Ils contribuent à définir un idéal de beauté qui n’est pas fondé sur un indice de masse corporelle spécifique, mais qui a pour principe directeur la santé des personnes.”

Comment choisir ses bas ?
La mode du velour